Jacques Canetti, le révélateur de la chanson française moderne d’après-guerre

Parler de Jacques Canetti, c’est évoquer plus d’un demi-siècle de chansons. Entré chez Polydor, au début des années 30, par le biais d’une petite annonce (« On cherche jeune homme aimant la musique »), le jeune Canetti ne restera pas longtemps confiné à la rédaction des étiquettes de 78 tours. Sa notoriété naissante, il la doit à un impressionnant coup de bluff ! Apprenant la visite de Marlène Dietrich dans la capitale, il se rend à son hôtel et finit par obtenir de la star qu’elle enregistre deux chansons en français. Amusée par le culot de ce « funny little boy », Marlène accepte. Mais les chansons n’existent pas encore ! Sûr de lui, Canetti contacte alors Jean Tranchant (l’auteur) et Wal-

Entretien avec Alexandre Rabia (THE)

Il y a une trentaine d'années, en 1987, un vieil enregistrement de Nina Simone datant de 1958, My baby just cares for me, était devenu un tube grâce à son utilisation dans une publicité pour le parfum n° 5 de Chanel... Aujourd'hui, une chanson méconnue de Mouloudji, L'amour, l'amour, l'amour, enregistrée en 1963, pourrait suivre le même chemin grâce au « clip » que l'enseigne Intermarché a choisi pour illustrer sa campagne sur la « malbouffe ». Rencontre avec Alexandre Rabia, directeur artistique son au sein de la maison de production THE. THE est une entreprise qui existe depuis une dizaine d'années. Les créateurs étaient tombés sur ce nom et trouvaient le jeu de mots assez intéressant... «

Quand une pub d'Intermarché fait découvrir Mouloudji aux jeunes d'aujourd'hui !

Diffusé le samedi 11 mars 2017 sur TF1, juste avant l'émission The Voice, le clip réalisé par Katia Lewkowicz pour l’agence Romance a fait un véritable tabac auprès des téléspectateurs et des internautes, totalisant rapidement plus de cinq millions de vues ! Ce petit court métrage (trois minutes) vantant le « bien manger », raconte le coup de foudre d'un adolescent client du supermarché pour une jolie caissière. Il est surtout porté par une chanson : L'amour, l'amour, l'amour, un « vieux » titre de Mouloudji enregistré en 1963, avec des paroles d'Yves Stéphane (l'auteur de L'amour c'est comme un jour interprétée par Charles Aznavour à la même époque), une musique signée Jack Arel (compositeu

Yves Stéphane, « rescapé d'une société sans cœur ni âme »

À la SACEM, Yves Stéphane, l'auteur de la chanson L'amour, l'amour, l'amour, est inscrit sous le nom de Yves Montané. Et on comprend aisément qu'il se soit choisi un autre patronyme... Le nom d'Yves Stéphane apparaît au tout début des années 60 sur les pochettes de disques. En 1961, Patachou interprète Douce Marijane (musique de Garvarentz) et Michèle Arnaud, L'amour, il n'y en avait guère (musique de Marc Heyral). Le succès arrive l'année suivante avec L'amour c'est comme un jour, un texte mis en musique et enregistré par Charles Aznavour et repris par Jean-Claude Pascal qui gravera aussi Le bal des pendus (musique de Philippe-Gérard). Érik Montry enregistrera plusieurs chansons d'Yves Stép

Bon anniversaire, Danielle Darrieux !

On n'a pas tous les jours... 100 ans ! Un petit hommage à la comédienne qui a été aussi chanteuse, avec cette reprise d'une chanson de Leny Escudero en 1963, "Pour une amourette". #DanielleDarrieux #LenyEscudero

Nous contacter

Tél : 01 64 21 63 52

je.chante@wanadoo.fr

  • Facebook Long Shadow
  • Google+ Long Shadow
  • LinkedIn Long Shadow
  • Twitter Long Shadow

© 2020